Archives mensuelles : novembre 2013

Catscats le café des chats

En grand fan de chat, il n’était pas rare que j’essaie d’approcher l’un des multiples chats qui se balladent sur le campus ou dans les divers parcs que j’ai pu visiter. Malheureusement, je n’ai jamais réussi à en approcher car ceux-ci sont vraiment trop craintifs, à ma plus grande déception.

Ceci n’a pas échappé à l’œil attentif d’une âme attentionnée qui a mis fin à ma frustration en m’emmenant au Catscats !

Perdu au milieu des Hutongs, à seulement 2 stations de métro de chez moi, il est un petit café d’une quarantaine de mètre carrés dans lequel vivent 23 chats ! Et ceux-là sont pas farouches. Le café est tenu par 2 chinoises, il y a 3 pièces et un petit jardin, il n’y a pas énormément de client, on était 3 en arrivant à 14h et 7 ou 8 en repartant vers 17h30. En tout cas, ce lieu ressemble au paradis des chats, tous les meubles sont faits pour eux : en grattoir avec une multitude d’endroits où ils aiment à se faufiler.

J’ai donc passé une après-midi entière à jouer et câliner des chats tout en buvant un excellent chocolat chaud avec un morceau de guimauve en forme de patte de chat dedans.

 

Marathon Photo

Il y a de cela 2 semaines, je m’étais lancé dans l’organisation d’un marathon photo sur le campus de l’université, j’ai donc créé un site (http://marathon-photo.remikel.fr/) et collé quelques affiches.

Le but du marathon photo était de photographié 6 thèmes savamment choisis par moi-même, en 2h. Un jury de professionnels et amateurs se réunissait ensuite pour noter les meilleurs photos et récompenser les meilleurs photographes.

Du coup hier c’était parti ! Les équipes chinoises, françaises et sino-françaises se lançaient dans la partie.

Les thèmes qu’ils devaient photographier étaient les suivants :

  • Un building
  • Les couleurs de l’automne
  • La joie
  • L’esprit sportif
  • Un reflet
  • La solitude

Sans plus attendre je vous offre le diaporama des meilleurs photos par catégorie.

Le gagnant (puisqu’il formait un équipe de 1) a remporté un trépied tout terrain. Et les meilleurs de chaque catégorie avaient le choix entre une pinte de bière ou l’impression de leur photo.

 

Les claviers chinois

 

Récemment une amie me demandait : “mais Rémi, comment font les chinois pour écrire sur leur ordinateur? Ils ont un clavier chinois?

Une chinoise qui code

 

Question très pertinente qui m’avait valu un nombre incalculable de nuits avant mon arrivée en Chine. Ils ont un clavier QWERTY mais arrive à écrire en chinois la preuve :

 

On notera leur attention pour l’hygiène jusqu’à protéger leur clavier avec un film plastique.

 

Tout d’abord, il faut savoir que les chinois se sont mis à utiliser le pinyin depuis peu (adoption en 1979). Le pinyin c’est la transcription des caractères chinois (Hanzi) dans notre alphabet, avec l’ajout de différents “accents” qui représentent les différents tons. Ainsi le caractères  马 qui signifie cheval se transcrira mǎ.

 

Le pinyin bien que connu de tous les chinois n’est pourtant pas utiliser quand on se ballade dans la rue, qu’on observe les cartes des restaurants ou que l’on surfe sur le web, on se demande alors : “mais à quoi sert-il ?”

Et bien justement, sa plus grande utilité est de permettre aux chinois d’écrire en chinois sur leurs ordinateurs ou leur téléphones. Comment?

Et bien ils tapent en pinyin et ils choisissent ensuite le caractère chinois qui correspond car bien qu’il n’y ait (99% du temps) qu’une prononciation par caractère, il y a des centaine de caractères pour une prononciation.

Par exemple pour “ma”, qui tapé sur l’ordinateur ne comporte pas d’intonation, d’accent il y a ces caractères : 吗 吗 马 嘛 麻 骂 抹 码 玛 蚂 et des milliers d’autres qui ne sont quasiment jamais utilisé. Screenshot :

Screenshot

Pour les SMS c’est la même chose mais quelques chinois utilise aussi la saisie manuscrite depuis l’invention du tactile ou encore une autre technique très très très peu utilisée mais je vais vous l’expliquer quand même.

En chinois les caractères doivent être écrit dans un sens bien précis, du haut vers le bas, les barres verticales avant les horizontales. Du coup, au lieu d’écrire en pinyin, on a juste à sélectionner les différentes barres dans l’ordre que l’on ferait

pour les écrire à la main. Après quelques recherches quelques clavier d’ordinateur fonctionne sur ce même principe.

 

Voilà, si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas !

 

 

Fragrant Hill – Les couleurs de l’automne

Il est une colline très réputée à Pékin pour revêtir un exceptionnelle manteau rouge lorsque l’année bascule entre été et hiver.

C’est donc tout naturellement que je profitais du début de ce froid mois de novembre pour aller régaler mes yeux de toutes ces couleurs. Hélas, j’étais peut être arrivé un peu tôt il y avait des couleurs mais pas le rouge profond que j’avais pu voir sur certaines photos.

Pas grave, je profite quand même des beaux paysages et surtout on marche énormément. Des chemins en béton avec des marches sont là pour nous aider à escalader cette énorme colline, mais aventuriers que nous sommes nous coupons à travers pour profiter au mieux de cette nature. Arrivé en haut d’un des “pics” par les escaliers, nous avons risqué nos vies en redescendant en courant les chemins en terre et roches les plus pentues. Un des trucs, que personnellement je kiffe énormément, c’est bien ça.

Si vous êtes tenté de visiter ça (et c’est la saison là), il faut prévoir 1h30 de bus, 15RMB pour l’entrée et bien 6h pour pouvoir à peu près tout voir.

Je vous laisse apprécier les photos  !

La plus grosse soirée costumée du monde

Le 1er Novembre avait lieu à Tianjin ce qui se voulait être la plus grosse soirée costumée du monde. Plus de 5000 personnes, 2 scènes extérieures et une intérieure dans un cadre fabuleux puisque c’était dans un espèce de fake château avec une petite pyramide du Louvre dans la cour.

Après une soirée d’échauffement à Wudaoku pour se faire à nos déguisements (j’étais un Dinosaure/Dragon/Yoshi/Crocodile, à adapter selon la situation), nous sommes allé à Sanlitun (quartier de Pékin) où nous avions rendez-vous pour prendre un bus (compris dans le prix du billet) jusqu’à Tianjin (2h au sud de Pékin).

Dans le bus nous sommes avec pas mal d’ancien d’EPITECH et le trajet se passe dans la joie et la bonne humeur.

Arrivés enfin sur place, nous découvrons la classe du lieu et allons dansé, des mecs en costard qui font un jeu nous offre des bières et vu qu’on a trop la classe dans nos déguisements de dragons un bon nombre de personne prennent des photos avec nous.

Nous décidons d’aller échanger notre billet contre un bracelet pour avoir nos conso comprises dans le prix (250 RMB ~30€ pour entrée avec 5 bières et 2 cocktails). Et là première déception de l’organisation, juste une seule personne pour faire l’échange de 5000 personne et un seul stand pour récupérer les jetons à échanger contre des boissons. Je n’en aurais finalement pas du tout mais des gens généreux m’en donneront quelques uns.

Bref, mise-à-part l’organisation pourrie (accès à l’intérieur trop vite bloqué), nous nous sommes bien amusés entre cramer le dancefloor avec nos queues de dinosaures gigotant dans tous les sens et même une apparition sur la scène avec le DJ, et les phases à reprendre notre souffle sur les marches du château ou dans l’herbe. On s’est aussi fait une petite session “je suis chinois”, c’est-à-dire prendre des photos avec tout le monde.

A 5h, c’est la fin, nous reprenons un bus qui nous amène à Wudaoku, Wassim et moi prenons le métro et le bus pour rentrer depuis là. 2 dinos en heures de pointe à Beijing, ça pète !

(Désolé pour la qualité des photos, j’avais pas pris mon appareil donc merci le portable de Camille).