Guilin jour 5 à 8 : Yangdi, pique-nique, vol et vol

Le 5ème jour, nous nous levons tard ! On se fait un très bon repas dans un restaurant près de l’hôtel et on décide de réescalader la colline du premier jour, ça fait toujours autant de bien et on profite de la vue là-haut un peu plus longtemps que la première fois. Une fois redescendu, nous filons à l’épicerie.

 

Sur la route 2 filles qu’on avait croisé assise sur un banc avec un gars nous courent après pour avoir une photo avec nous. Nous acceptons puis elles font demi-tour et nous continuons notre route. Quelques minutes, plus tard on entend des bruits de course, on se retourne elles nous suivent. Nous les sèmerons enfin en entrant dans l’épicerie.

Le soir nous sommes invités à déguster du thé de Guilin par un des chinois qu’on a rencontré la veille. Nous avons rendez-vous devant l’université de technologie de Guilin. Il est accompagné d’un gars et d’une fille qui eux parlent un peu anglais, ça fait du bien ! Ils nous emmène alors dans une petite rue sombre où se trouve une espèce de bâtisse en briques nues et toit en taules entièrement ouverts sur l’un des côtés. Le plafond est assez bas. Nous mangeons assis sur des chaises pour enfants sur des tables basses. On goûte alors le thé de Guilin qui finalement ressemble plus à une soupe. De couleur beige, on y rajoute du riz soufflé, du sel, des herbes et de l’ail. Accompagné de ça nous mangeons des légumes, je ne sais pas ce que c’est mais j’aime ça, un peu l’aspect d’épinards, des nouilles chinoises, très bonne aussi et des mollusques dans leur carapace bien trop épicé pour que j’y revienne. On rentre sur les coups de minuits.

Le lendemain nous partons pour Yangdi, faire le vrai bamboo boat avec les beaux paysages comme sur le billet de 20RMB :

billet de 20 RMB

On prend 1 bus, 2 bus, 3 bus et on y est ! Une femme nous accoste à la descente du bus pour nous proposer de prendre un bamboo boat, elle nous suivra partout et nous refuserons à chaque fois car ses prix sont bien plus élever que ceux indiquer par le guide du routard et elle ne veut pas négocier plus bas.

Nous rencontrons 2 occidentales, hollandaises je crois, on essaie de négocier un bateau avec elles mais leur négociatrice à elle ne veut pas de nous car ce serait comme nous voler à son amie. On part aller se promener sur la rive jusqu’à assez loin. Notre accosteuse ne nous lâche pas d’une semelle, nous guettant de loin. Ce petit jeu dure longtemps peut être 1h30 puis on profite d’un moment d’inattention pour trouver quelqu’un d’autres même si c’est au même prix parce que c’est elle qu’on déteste vraiment (on lui dit même clairement, mais elle ne lâche rien).

On arrive finalement à prendre un bateau et là on profite vraiment. Malgré le brouillard, les paysages sont merveilleux :

Nous reprenons alors les bus pour rentrer sur Guilin. Pour le long trajet, il n’y a plus de place assise, ils nous installent alors sur des tabourets pour bébés dans l’allée centrale. Pas ce qu’il y a de plus confortable “mais c’est folklorique ah ah ah !”.

Un passage à l’hôtel pour se faire propre et  beau, petite bière à l’Irish, une chinoise vient discuter quelques minutes, nous offre du thé que sa boutique vend au passage. Wassim trop fatigué, je vais au Muse (le nightclub) seul, j’y rencontre des turcs sympathiques mais je me fais vite chier, je rentre à mon tour.

Pour notre dernière vraie journée, nous sommes invités à pique-niquer avec les gens rencontrés à l’anniversaire. Nous allons dans un marché pour acheter de quoi se sustenter. Le bâtiment ressemble aux halles de Pau ou encore au marché des Capucins à Bordeaux mais avec un plafond plus bas. A l’intérieur les vendeurs sont totalement différents, ils découpent la viande directement sur les tables en bois ou vendent les fruits et légumes à même le sol. On peut y acheter des poules vivantes. Nous y avons croisés quelques chiens coupés en 2 dans la longueur accrochés à des pics. Mais le plus écœurant, bien que cela puisse paraître étrange, c’est de voir l’arrachage de sabot de jambes de cochon avec un gros couteau de boucher.

Bref, nous y achetons pleins de mets : viandes, légumes, boulettes, canne à sucre. On traverse une ancienne ville (une des 4 principales il y a fort longtemps apparemment) à pied et nous arrivons dans un coin de verdure qui borde la rivière Li. L’endroit aurait pu être magnifique s’il n’y avait pas autant de déchets, mais nous y prenons pas mal de bon temps, on fait des ricochets, on discute tant bien que mal, on mange et on enchaîne les séances photos.

Nous prenons un bus/taxi pour nous enfouir dans la campagne et voir les champs de fleurs jaunes. Nous y prendrons quelques photos gay. La ville est très paisible malgré les pétards qui raisonnent de partout (et oui nous sommes dans la période du Spring Festival à ce moment-là).

De retour à Guilin, 3 des gars qui étaient avec nous, nous invitent au restaurant pour goûter le canard de Guilin et essayer de nous faire dire qu’il est meilleur que celui de Pékin. Il était très bon en effet, mais je préfère le canard laqué.

Pour notre dernière soirée, nous décidons de la passer en bar/boîte. Nous en testons une un peu au hasard, l’ambiance est sympa et il y a des danseuses, danseurs et chanteuses qui viennent régulièrement faire un show sur le podium. Nous copinons avec des chinois, puis des chinoises et quand vient l’heure d’ouvrir le podium à tout ceux qui souhaite danser, nous y allons !

Oh, tiens où sont passés nos manteaux ? J’avertis le personnel de la boîte, dedans il y avait mon porte-feuille avec 150RMB (pas trop grave) et mes cartes (plutôt grave) mais aussi mon smartphone. La moitié du personnel de la boîte se mobilise pour retrouver nos manteaux. Au bout de 20 minutes, ils nous les retrouvent, mais je n’ai rien dedans. Un peu plus tard il retrouve aussi mon porte-feuille sans l’argent.

J’ai le principal, mais j’ai tout de même perdu un smartphone à 200€ et je suis un peu trop dégoûté pour continuer la soirée malgré l’ambiance géniale à l’intérieur.

Le lendemain nous reprenons l’avion pour retrouver la froideur de Pékin et voir le nouvel an chinois (qui a déjà été expliqué dans un article précédent).

Voilà, c’était un looooooong article mais on en a fini du séjour à Guilin ! La prochaine fois, ce sera Shanghai !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *